19 Avril 2018 - 2 Juin 2018

Adrien Lucca

-

Du moyen-âge au XIXème siècle, en Occident, de nombreuses théories de la couleur se sont fondées sur une profession de foi : que les couleurs peuvent être expliquées par leurs apparences, que l’on pourrait deviner les mécanismes responsables des couleurs au travers de jugements visuels, que tous les éléments nécessaires à la compréhension de la lumière et des couleurs sont accessibles à nos sens. Mais à partir du XVIIème siècle, une science de la couleur s’est développée dans laquelle les lumières blanches – la lumière du soleil, du jour, de la lune ou la lumière électrique – sont toutes composées d’unités de lumière colorées. Ces composantes fondamentales de la lumière ne sont pas senties directement mais bien cachées derrière l’apparence visuelle de la lumière blanche et des objets blancs.

Puisque les causes des couleurs ne dépendent désormais plus de mécanismes visibles, il est maintenant possible de prendre en main ces paramètres non-visuels de la vision des couleurs, de jouer avec un nouveau clavier d’effets de lumière. C’est un peu comme si l’on avait de nouveaux « pouvoirs magiques ». Beaux, plaisants ou surprenants, ces « pouvoirs » touchent aux fondations de notre univers perceptif, à notre sens commun visuel : pourrais-je sentir le monde d’une manière différente? Cela se passe-t-il à l’intérieur de moi seulement? De tels tours de magie peuvent-ils ouvrir un espace d’expérimentation? de plaisir? de critique de nos visions et de nos croyances intimes?

La lumière blanche et les objets gris faits d’une multiplicité d’éléments colorés sont des thèmes récurrents du travail d’Adrien Lucca. Des dessins des "Études D65" (2011-14) – où il a commencé à utiliser des techniques scientifiques, des pigments et de la lumière du jour artificielle – à "Microkosmos" (2018), une installation permanente qui sera inaugurée à Bruxelles durant l’exposition, au mois de mai, le travail d’Adrien Lucca se développe au carrefour des sciences, du dessin, de la peinture, de la «magie ».

Pour sa première exposition à la galerie LMNO, Adrien Lucca a conçu "A White Room Without Yellow" (2018), une installation dans laquelle une lumière blanche légèrement rose transforme la couleur des objets qu’elle illumine – et en particulier celle des objets jaunes. Pour Adrien Lucca, "A White Room Without Yellow" est à la fois un hommage et une critique de la pièce "Room for one colour" (1997) d’Olafur Eliasson.